Togo

ACTIONS DE MICROCREDIT

Des chèvres, des poules, des porcs et du commerce !

 


Zones d'intervention avec nos partenaires :



Nos partenaires :

IADES : Institution d'Aide au Développement Économique et Social. C'est une ONG Togolaise de développement dont le siège est situé à Lomé. Son objectif est de proposer à ses membres des services d'épargne et de microcrédit pour participer sur le long terme au développement du monde rural au Togo.
Le partenariat a commencé en 2015 avec deux projets : un projet microcrédit pour l'élevage ovin, avec 20 bénéficiaires, et un projet microcrédit pour développer des activités avicoles avec 5 bénéficiaires.




LGD : Ligue des Groupements pour le Développement, association togolaise à but non lucratif créée en 1997. La LGD est basée à Kpalimé, la quatrième plus grande ville du Togo, à environ 120 km au nord de la capitale Lomé, près de la frontière ghanéenne. L'association s'est donné pour but "la mobilisation et la valorisation des ressources humaines locales pour un développement local et durable". Pour cela la LGD suit plusieurs objectifs, dont entre autres créer et promouvoir l'épargne interne et l'auto-prise en charge de la jeunesse, promouvoir agriculture et élevage et renforcer la production et commercialisation en milieu rural.
Le partenariat a commencé en juin 2016 avec un projet regroupant 41 bénéficiaires de microcrédits, dont 20 pour des élevages de volailles et 21 pour des petits ruminants.

 

ESFT : Elevage et Solidarité des Familles au Togo est une association de droit togolais créée en 2013. Leur siège est à Lomé et sont but est de lutter contre la pauvreté en soutenant le développement rural au Togo. Pendant plusieurs années ESFT a été une antenne d'Elevage Sans Frontières au Togo et depuis 2013 l'association mène ses propres projets en étant soutenus par différents partenaires. ESFT a pour principales activités de favoriser le développement de l'élevage familial et de soutenir les organisations paysannes pour une meilleure structuration des filières au niveau local. Zebunet a entamé ce nouveau partenariat en 2017 avec un projet pilote pour 22 éleveurs.

 

WWOOF: "WorldWide Opportunities on Organic Farms": association Togolaise créée en 2012 qui a pour objet de contribuer à l'amélioration des conditions de vie des communautés rurales à travers la promotion d'une agriculture écologique et un mode de vie sain. WWOOF Togo est membre de la Fédération Internationale des organisations WWOOF dans le monde, dont le siège est en Angleterre. Zebunet a entamé ce nouveau partenariat en 2018 avec le lancement d'un projet pilote pour 33 éleveurs et agriculteurs.

WOAT: Women of Africa Togo est une antenne de l'organisme international Women of Africa. WOAT apporte des outils d'aide à l'autonomisation et collabore avec les associations locales, groupements et institutions. WOAT développe ses actions dans les domaines de la santé, l'éducation, le microcrédit et l'environnement en faveur des populations des bidonvilles et des zones rurales de la région maritime du Togo.

 

Pourquoi soutenir l'élevage de volailles et de petits ruminants ?

Comme au Burkina Faso, l'élevage de petits ruminants et de volailles au Togo est une activité traditionnelle pour les paysans mais l’insuffisance des revenus et le manque d’encadrement technique ne permettent pas à la production locale de répondre à la demande croissante en viande. Le Togo est un petit pays assez peuplé dont les besoins alimentaires ne cessent d'augmenter.
Les structures de crédit ont des coûts trop élevés pour répondre aux besoins des paysans, et ces derniers représentent des clients trop risqués pour les institutions bancaires traditionnelles.
La vente d’une chèvre permet de répondre à des dépenses urgentes mais cet élevage est aussi un moyen d'avoir des revenus réguliers et stables. Les volailles quant à elles permettent une production à cycle court et apporte donc un complément non négligeable au revenu mensuel, surtout en période de saison sèche.
Les animaux constituent donc une forme d’épargne qui permet aux paysans de conserver leurs activités agricoles pour nourrir la famille et tout en dégageant un petit revenu supplémentaire.

Et le petit commerce ?

Le secteur informel du commerce permet à de nombreuses femmes et jeunes de lancer une activité génératrice de revenus. Cette économie informelle fait partie présente de la vie quotidienne et permet à des millions de burkinabé de survivre. Le capital initial manque souvent pour se lancer. Mais une fois cette contrainte levée, les activités à mener sont multiples : ventes de fruit et légumes au marché, création d'échoppe commerçante, vente de nourriture à emporter, et plein d'autres encore. Le besoin est là et ne risque pas de disparaitre, tant ces commerçantes et commerçants sont indispensables au quotidien.

 


Projets en cours

 Agblélouvé Commerce 2021
Partenaire : WOAT
Localisation : commune d'Agblélouvé, Région Maritime
Date de début et durée : juin 2021– 12mois.
Montant total du projet : 2 930 000 FCFA (4 400000 €).
Montant individuel du prêt : 65 000 FCFA
Nombre de bénéficiaires : 80 au total (2 cycles de 40 bénéficiaires)
Activité : petit commerce (achat, revente de poisson fumé, céréales, tubercules, légumes)

Description de l'action : Les bénéficiaires sont des femmes qui grâce à ce prêt vont débuter une petit commerce. Grâce à ces activités d'achat revente, elles vont apporter des revenus supplémentaires dans leur foyer, leur permettant d'améliorer leurs conditions de vie.

Avancement : le projet a débuté sur le terrain et les prêts ont été distribués.

 Région Maritime 2018
Partenaire : IADES
Localisation : Villages de Tsiviepe, Assahoun, Ziogba, Kouvé et Zegle, Cantons Abobo et Kévé, préfectures Avé et Zio.
Date de début et durée : juin 2018 – 24 mois.
Montant total du projet : 9 840 000 FCFA (15 000 €).
Montant individuel du prêt : de 50 000 à 200 000 FCFA selon les besoins spécifiques de chaque famille (entre 76 et 305 €).
Nombre de bénéficiaires : 99 familles en zone rurale pour des projets d'élevage, de maraîchage ou de petit commerce.
Nombre d'animaux : 2 éleveurs de volailles, 15 éleveurs de petits ruminants, 1 éleveur de porcs, 24 activités de petits commerces et 57 prêts pour de l'agriculture.

Description de l'action : Les familles bénéficiaires ont toutes l'agriculture vivrière pour principale activité. Sur ce projet les prêts accordés sont sur mesure. Certaines femmes ont demandé de petits montants (autour de 50 000 cfa soit 75 €) pour augmenter leurs cultures et acheter des outils. D'autres ont souhaité acquérir des matières premières pour faire du petit commerce local (vente de céréale, de boissons, petite restauration, etc). D'autres encore ont souhaité améliorer leur élevage avec des prêts pour acheter des géniteurs ou construire des abris en dur. Ainsi nous avons accepté 99 demandes variées. Comme pour le précédent projet les montants des PEA correspondants aux activités seront lissés afin de simplifier les souscriptions, les prêts seront ainsi présentés par type d'activité.

Avancement : le projet a commencé en juillet 2018 et doit se terminer à l'été 2020. Les PEA agriculture, élevage et petits commerce sont maintenant disponibles sur site de Zebunet dans votre espace donateur !



Kpalimé 2018
Partenaire : LGD
Localisation : préfectures de Kloto et Agou, villages : Kpalimé, Lavie, Sandale-Kopé, Doumé-Tomé, Amozou-Kodzi, Adéta, Késiékou, Azio-nou, Anawo.
Date de début et durée : juin 2018 – 24 mois pour l'élevage et 30 mois pour la culture de manioc.
Montant total du projet : 6 098 200 FCFA (environ 9 300 €).
Montant individuel du prêt : de 157 000 à 325 000 FCFA (de 240 à 500 €).
Nombre de bénéficiaires : 32

Nombre d'animaux : 93 caprins.
Description de l'action : pour l'élevage financement de 5, 6 ou 7 caprins pour chacune des 17 familles afin d'entamer ou renforcer des activités d'élevage familial. Les chèvres peuvent avoir une à deux portées par an, ce qui permettra conjointement de développer le cheptel tout en vendant des petits pour rembourser le prêt. Sur ce volet Zebunet finance animaux et soins vétérinaires + formations. Pour l'agriculture, 15 paysans, financement des semences et outillages pour agrandir des champs de culture de manioc sur deux périodes de 15 mois.

Avancement : Le projet est maintenant lancé. Les emprunteurs ont pris du retard dans les remboursements, mais notre partenaire sur le terrain est confiant que ce retard pourra être rattrapé.

 

Haho 2017
Partenaire : ESFT
Localisation : villages de Adakakpé et Kpélé, préfecture de Haho, région des Plateaux, Togo.

Date de début et durée : avril 2017 – 24 mois.
Montant total du projet : 3 285 000 FCFA (environ 5 000 €).
Montant individuel du prêt : 135 000 ou 170 000 FCFA (environ 205 ou 260 €).
Nombre de bénéficiaires : 22
Nombre d'animaux : 110 ovins ou caprins.

Description de l'action : financement d'un mâle et 4 femelles par bénéficiaire (13 prêts caprins et 9 prêts ovins) afin de développer de petits élevages familiaux. Pendant 24 mois les familles vont reproduire, engraisser et revendre leurs animaux, pour rembourser leur prêt, agrandir leur cheptel et devenir pleinement propriétaires des animaux. Sur ce projet Zebunet finance les animaux, les abris, les soins vétérinaires et une partie des frais de suivi du partenaire local.

Avancement : le projet suit son cours, nous attendons les derniers remboursements, qui ont pris du retard, entre autres avec des difficultés rencontrées par l'association partenaire qui a manqué de personnel dans ses équipes.

 

Mitudua 2018
Partenaire : WWOOF
Localisation : villages de Danyi : Elavanyo, Apéyémé, Tsaxoe, Tinipe, Tonota, Atigba,
préfecture de Danyi, région des Plateaux, Togo.

Date de début et durée : avril 2018 – 15 mois.
Montant total du projet : 2 910 150 FCFA (environ 4 440 €).
Montant individuel du prêt : volailles 102 950 FCFA, dindons 142 950 FCFA et gingembre 60 000 FCFA (environ 157, 220 et 92 €).
Nombre de bénéficiaires : 33 (12 + 5 + 16).
Nombre d'animaux :  106 volailles + 15 dindons.

Description de l'action : pour l'élevage financement de lots de volailles ou dindons avec mâles reproducteurs et femelles, afin de démarrer des activités stables. Pendant 15 mois les éleveurs vont reproduire et élever les animaux pour tirer des revenus des ventes d'oeufs et de poulets ou  dindes. Sur ce volet Zebunet finance les animaux, les soins vétérinaires, de l'alimentation, une formation et une partie des frais de suivi du partenaire local. Pour la culture de gingembre tous les prêts sont à 60 000 FCFA et permettent de financer les semenceaux pour agrandir les surfaces cultivées. La durée du projet permettra de faire une récolte, qui devrait permettre le remboursement du prêt ainsi que la poursuite des cultures sur la nouvelle surface.

Avancement : le projet a commencé en avril 2018. Alors que les premiers remboursements avaient eu lieu en temps et en heure, il manque aujourd'hui 100 000 CFA (= 152,53 €) car quelques bénéficiaires n’ont pas encore remboursé la totalité de la somme prévue. Nous attendons le prochain remboursement pour voir si ce retard pourra être rattrapé et quelle est la situation sur le terrain.

 

Projets terminés

Abobo 2017
Partenaire : IADES
Localisation : Villages de Logui, Zéglé et Abobo, préfecture du Zio.
Date de début et durée : avril 2017 – 22 mois.
Montant total du projet : 2 260 000 FCFA (environ 3 445 €).
Montant individuel du prêt : de 20 000 à 160 000 FCFA selon les besoins spécifiques de chaque famille (entre 30 et 245 €).
Nombre de bénéficiaires : 40 familles paysannes en zone rurale pour des projets d'élevage, de maraîchage ou de petit commerce.
Nombre d'animaux : 24 porcs, 12 petits ruminants, 10 volailles, 23 prêts petit commerce (vente de condiments, de mèche, épicerie villageoise, vente de pagnes, etc) et 4 prêts maraîchage.

Description de l'action : Les familles bénéficiaires ont toutes l'agriculture vivrière pour principale activité. Sur ce projet les prêts accordés sont sur mesure. Certaines femmes ont demandé de petits montants (autour de 50 000 cfa soit 75 €) pour augmenter leurs cultures et acheter des outils. D'autres ont souhaité acquérir des matières premières pour faire du petit commerce local (vente de céréale, de boissons, etc). D'autres encore ont souhaité améliorer leur élevage avec des prêts pour acheter des géniteurs ou construire des abris en dur. Ainsi nous avons accepté 40 demandes variées et
pour des questions de simplicité comptable les souscriptions sur ce projet sont toutes au même prix afin de lisser les différences entre chaque famille. Au fur et à mesure de l'avancement des activités nous évaluerons les bénéfices tirés par les familles, afin de voir si ce modèle est pertinent et permet de mieux répondre à la demande locale.

Avancement : Le projet est terminé  !



INFOS GENERALES

Le Togo tire son nom de Togodo, qui signifie "au delà du fleuve".
D'abord colonie Allemande, le Togo a ensuite été partagé entre la France et le Royaume-Uni avant d'acquérir son indépendance en 1960.
Aujourd'hui ce pays de presque 57 000 km² est une République et à pour capitale Lomé, avec une frontière sur le Golfe de Guinée au Sud, le Bénin à l'est et le Ghana à l'ouest.
Le climat y est de type tropical et depuis une quinzaine d'année l'érosion est importante : en 6 ans l'eau aurait avancé de près de 140m sur de la côte.

 

POPULATION

Peuplé par plus de 7 millions d'habitants, le Togo a une densité de 133 hab /km² avec environ 48% d'hommes et 52 % de femmes. L'espérance de vie est autour de 55 ans et 40% de la population vit en ville.
Composé d'une cinquantaine d'ethnies, le pays a pour langue officielle le français, et l'Ewé et le Kabiyé sont les deux principales langues nationales, parmi les plus de quarante langues parlées.

 

ECONOMIE

La culture vivrière est la principale source de revenu du pays et elle représente l'activité de 65 % des travailleurs. Cacao, café, coton et phosphates sont les principales activités d'exportation et occupent près de 30 % de la main d'œuvre du pays.
Le Togo est une plateforme portuaire très importante au niveau de la sous-région du continent et la ville de Lomé possède le seul port en eau profonde de la région.
Le pays fait parti de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest et de l'Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine.
En 2012 le pays était au 159ème rang de l'IDH sur 187 et au 170ème rang en termes de PIB par habitant.