Burkina Faso

ACTIONS DE MICROCRÉDIT

Des brebis, des poules et des ânes !


 

Zones d'intervention avec nos partenaires :


 

Nos partenaires :

CEFRAP : Centre d’Études de Formation et de Réalisations Agropastorales. C'est un bureau d’étude qui dispense des formations en techniques agricoles et gestion de projet, et forme des paysans relais. Notre partenariat a commencé en 2008 avec un projet pilote s'adressant à 10 familles. 

APIL : Association pour la Promotion des Initiatives Locales, est une association de droit burkinabé qui a été créé en 1998. Son objectif est de soutenir les dynamiques paysannes dans la quête de leur bien-être, notamment à travers la sécurité alimentaire durable, le développement local et la décentralisation. En 2015, ils soutiennent près de 80 organisations paysannes à travers tout le pays.

AMUS : Association Mains Unies du Sahel, est une association burkinabé créée en 1992. Sa mission est de "contribuer à l'amélioration des conditions de vie des populations de sa zone d'intervention à travers la réalisations d'actions participatives et durables". L'association travaille sur plusieurs domaines tel que sécurité alimentaire, eau et assainissement, santé et éducation. Nous avons commencé le partenariat en 2016 avec le lancement du projet pilote "Ânes et Kassines".

ASK : Association Song Koaadba - association d'aide mutuelle des paysans, est une association de droit burkinabé créée en 1993 sur l'initiative de jeunes agriculteurs de la province de l'Oubritenga. Sa mission est de "promouvoir un développement socio-économique durable et épanoui du monde rural". Zebunet a commencé son partenariat avec l'ASK en septembre 2016 pour le financement d'un projet pilote d'embouche ovine auprès de 20 familles.

MECRA : la MECRA, Mutuelle d'Epargne et de Crédits d'Asudec, est une institution de micro-finance de droit burkinabé. Elle a été créée en 2008 et a pour objectif d'offrir des services financiers et non financiers aux couches sociales vulnérables (notamment femmes et jeunes) afin d'améliorer leurs conditions socio-économique. Pour répondre à son objectif la MECRA collecte l'épargne de ses membres et cherche des fonds auprès de partenaires (comme Zebunet) et se sert de ces fonds pour octroyer des microcrédits de court comme long terme. Les activités soutenues sont variées, allant de l'agriculture, l'élevage, le petit commerce ou encore l'artisanat.

 

Centre Nopoko des Enfants : le centre Nopoko est un orphelinat, sous statut d'association de droit Burkinabé, qui oeuvre pour l'amélioration des conditions de vie des orphelins et autres enfants vulnérables (atteint du Noma par exemple) dans sa zone d'intervention de Kongoussi. Cet orphelinat a un fonctionnement particulier : les enfants recueillis sont placés dans la famille proche (oncle et tante, cousin, fratrie, etc) dans le but de les laisser dans un environnement familial autant classique que possible, en contrepartie le centre Nopoko offre un lieu d'échange et d'accueil, de conseil et de suivi pour ces enfants et les familles qui les prennent en charge. Le centre fournit également les ressources nécessaires au développement de l'enfant (vêtement, nourriture, lait, soins, etc) afin que ces dépenses ne pèsent pas trop lourdement sur les familles accueillantes. L'objectif de ce partenariat avec Zebunet est de soutenir le centre Nopoko dans le lancement d'une activité d'embouche ovine, qui lui permettra d'avoir par la suite des fonds propre pour couvrir ses frais de fonctionnement ; et idéalement à terme participer aux dépenses du centre et pour les enfants (achat de nourriture entre autre).

 

Bilifou : Bilifou est une association suisse à but non lucratif créée en 2000 afin de soutenir les efforts humanitaires, en particulier au Burkina Faso. L'association a pour but de soutenir des projets dans les domaines de la santé, de la scolarisation et de l'éducation, de soutenir la promotion de la femme et de participer à l'aide aux communautés paysannes. Bilifou mène ses actions dans la province du Yatenga, notamment à Ouahigouya, où elle fait vivre un centre de santé maternelle et de lutte contre le Noma. Bilifou a pendant plusieurs années eu un projet annexe de microcrédit pour les femmes, notamment pour les mères dont les enfants malnutris ou victimes du Noma sont passés par le centre de santé, afin de permettre à ces femmes de développer une activité économique pour ne pas retomber dans les maladies liées à la malnutrition dont les enfants sont victimes. Le centre de santé ayant besoin d'agrandissement (notamment d'une salle d'accouchement), Bilifou a demandé à Zebunet si nous pouvions reprendre le volet microcrédits, afin de dégager des fonds et de renforcer ces projets. C'est ainsi que Zebunet commence son partenariat en financent 360 microcrédits à des femmes de la province pour faire du petit commerce ou de l'embouche de mouton.

CECA-DR (Centre d’encadrement, de coopération et d’appui pour le développement rural) : Cette association, créée en 2014, mène divers projets de soutien aux agriculteurs avec l’appui financier d’associations et de foncations européennes : restauration de terres cultivables, aménagement de terres pour l’exploitation maraichère, réalisation d'ouvrages hydrauliques adéquats, alphabétisation en langue locale mooré, formation de femmes en gestion d’unités économiques, etc. Ils travaillent principalement dans la province du Kourwéogo, dans la région du Plateau Central. Notre représentant local, M. Kleene, a collaboré avec eux l’année dernière. Le sérieux et l’engagement des équipes du CECA-DR lui a donné l’idée de nous mettre en contact avec eux. D’autant que le CECA-DR a récemment fait mener par une sociologue une analyse des pratiques permettant la résilience des familles rurales en période de soudure. Il est ressorti de cette étude que le développement de l’élevage (ovine, bovine, volaille,…) est retenu comme une solution efficace pour l’amélioration de situation des ménages dans ce contexte. Nous avons donc commencé à échanger avec les équipes du CECA-DR l’année dernières. Elles ont vérifié auprès des populations la pertinence d’une action via la méthode du microcrédit. Face aux bons retours du terrain, nous avons estimé qu’il serait intéressant de lancer un premier projet pilotes auprès de 20 femmes de la commune rurale de Boussé.

L'Union Régionale des Groupements Féminins de base des Balé/Mouhoun (URGFB)  : Cette association, créée en 2005, compte aujourd'hui 42 groupements dans les provinces des Balé et Mouhoun. L'URGFB se fixe l'objectif d'améliorer les conditions de vie de ses membres par la promotion de leur automisation économique à travers des activités génératrices de revenus : production et commercialisation du sésame, céréales locales, collecte d'amandes de karité, soumbala, arachide, produits maraichers. Ainsi que l'élevage des poules, des moutons et des porcs. L'union souhaite facilité l'accès à des marchés rémunérateurs, l'accès aux équipements et intrants de production, apporter l'assistance technique et promouvoir toute activité pouvant contribuer à la diversification des sources de revenus.

SINI LABE : Cette association, créée en 2007 a pour objectif de contribuer à promouvoir et à protéger les enfants, les adolescents, les jeunes et les femmes en situation difficile en leur accordant l'attention requise en vue d'assurer leur épanouissement intégral. Elle a pour mission d'améliorer les conditions socio-économiques des personnes démunies pour l'édification d'une société stable. Elle agit principalement dans les secteurs de la formation, de l'éducation et de la santé. 

Pourquoi soutenir l'élevage de brebis ?

L’élevage de petits ruminants est une activité traditionnelle pour les paysans mais l’insuffisance des revenus et le manque d’encadrement technique ne permettent pas à la production locale de répondre à la demande croissante en produits laitiers et viande.
Les structures de crédit étant éloignées, les paysans n’ont pas accès aux services d’épargne et de crédit qui leur permettraient d’investir dans l’élevage.
La vente d’une brebis, au moment où le besoin d’argent se fait sentir, évite à ces cultivateurs d’avoir à vendre une partie de leur récolte comme ils l’auraient fait auparavant. Les animaux constituent donc une forme d’épargne qui permet aux paysans de conserver leurs céréales pour nourrir la famille et de dégager un petit revenu.

Et les ânes ??

Au Burkina Faso l'âne est un animal courant en zone rurale car c'est un moyen de transport adapté et polyvalent et une force précieuse pour travailler les champs.
L'association AMUS, en partenariat avec le CTAA d'Imasgo (Centre pour l'Amélioration de la Traction Asine), a participé à la création d'un outil novateur appelé "Kassine". Cet outil à traction asine est parfaitement adapté à l'agriculture paysanne et familiale et aux méthodes agro-écologiques. Il est polyvalent et permet d'effectuer divers travaux aux champs simplement en changeant les ustensiles du porte outil. La Kassine permet ainsi de faire du sarclage, du labour, de biner, etc... Nous vous invitons à consulter le site de l'inventeur pour plus d'information : http://assoprommata.org/spip.php?rubrique10
L'objectif du projet et du nouveau partenariat avec AMUS est double : financer à une famille un âne jeune et bien portant ainsi qu'un équipement complet avec une Kassine, afin d'améliorer leurs cultures et réduire la pénibilité du travail.
Il s'agit d'un nouveau type de financement pour Zebunet : l'idée n'est donc pas de démarrer une activité d'élevage, mais d'offrir les moyens d'améliorer les techniques agricoles utilisées, toujours dans l'objectif d'améliorer les conditions de vie et la sécurité alimentaire des bénéficiaires.

Pourquoi soutenir les poules ?

Les poules sont des portes monnaies. Tout le monde en possède dans sa cours. Les animaux sont autoconsommés par les familles quand il y a des invités ou sont vendus. Face aux petits aléas de la vie la vente d'une poule permet d'acheter des médicaments ou de couvrir des frais de scolarité. En passant à des abris adéquats, en ayant une alimentation de qualité et des soins vétérinaires garantis, les élevages passe à un autre niveau. .



 

Projets en cours


Boussé 2020

Partenaire : CECA-DR
Localisation : villages de Tnlili, Singhindin, Issouka dans la commune rurale de Boussé, province du Kourwéogo, région du Plateau Central.
Date de début et durée : janvier 2020 – 36 mois.
Montant total du projet : 3 450 00 FCFA (environ 5 260  €).

Montant individuel du prêt : 150 000  FCFA (environ 230 €).
Nombre de bénéficiaires : 20 femmes agricultrices
Nombre d'animaux : 60 brebis et béliers, 80 chèvres.   
Description de l'action : Le prêt permet l’achat de 3 brebis et 4 chèvres. Le CECA-DR a fait le choix de proposer deux types d’élevage par famille pour diversifier au maximum les revenus et mitiger les risques. Le prêt couvre aussi l’achat de petit matériel pour fournir les abris, les premiers soins vétérinaires et compléments alimentaires. La construction des abris est réalisée par les familles, en récupérant autour d’elles les matériaux nécessaires à la construction. Bien entendu, les femmes bénéficiaires ne sont pas laissées seules face à ces constructions et l’élevage en lui-même. Une formation leur a été proposée, financée par une subvention de Zebunet. Les formations ont permis d’aborder les risques sanitaires et les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour prévenir ces risques. Par ailleurs, l’emphase a été mise sur l’importance de l’élevage en stabulation pour atténuer la pression sur le couvert végétal exercée par les animaux en divagation et améliorer la production agricole par la disponibilité d’une fumure organique de bonne qualité.

Bilifou 2018

Partenaire : association Bilifou
Localisation : province du Yatenga
Date de début et durée : décembre 2018 - 24 mois
Montant total du projet :  
18 500 000 FCFA (environ 28 257€).
Montant individuel du prêt : en moyenne 77 083 FCFA (environ 118 €).
Nombre de bénéficiaires : 240 dont 141 pour une activité d’élevage et 99 pour une activité de petit commerce
Nombre d'animaux : entre 100 et 400 moutons + environ 100 prêts petit commerce
Description du projet : ce projet est mené par une association locale spécialisée dans l'aide médicale aux femmes et enfants. En plus de ses activités le centre médical accordait chaque année des prêts aux femmes de la région, afin d'avoir un impact plus global. En vue de son développement sur des activités liées à la maternité, Bilifou a délégué la gestion de ces microcrédits à Zebunet. Le projet 
"Bilifou 2017" s’est cloturé avec le remboursement de l’intégralité du capital. 

Avancement : le projet suit son cours. Les femmes emprunteuses ont prévu de rembourser l'intégralité du crédit à la date prévue, malgré l'épidemie de covid et les tensions qui ont touché la région. On croise les doigts !

Dédougou Poules 2020

Partenaire : URGFB
Localisation : Dégougou (chef lieu de la province de Mouhoun, de la région de la Boucle du Mouhoun)
Date de début et durée : décembre 2020 - 24 mois
Montant total du projet : 3 800 000 FCFA (environ 5 800€).
Montant individuel du prêt : 190 000 FCFA (environ 300€).
Nombre de bénéficiaires : 20
Nombre d'animaux : 200 poules et 20 coqs
Description du projet : ce projet est mené par l'association dans le but de permette à 20 femmes de se lancer dans l'élevage de volailles. Les femmes ont déjà eu un expérience d'élevage par le passé. Avec ce projet, elles reçoivent une formation de rappel ainsi qu'un prêt leur permettant d'améliorer leurs facteurs de production. Habitats adéquats, alimentation et soins vétérinaires sont donc pris en charge dans le micro-crédit.

Avancement : le projet est maintenant lancé et les bénéficiaires recevront en février 2021 leurs prêts. Par la suite, elles pourront alors débuter leurs cycles de reproduction des animaux. Les PEP seront prochainement disponible dans vos espaces adhérents.

 

Gueswendé Poules 2021

Partenaire : Sini Labé
Localisation : Gueswendé (commune rurale de Tanghin Dassori)
Date de début et durée : janvier 2021 - 24 mois
Montant total du projet : 3 990 000 FCFA (environ 6 000€).
Montant individuel du prêt : 199 500 FCFA (environ 300€).
Nombre de bénéficiaires : 20
Nombre d'animaux : 200 poules et 20 coqs
Description du projet : ce projet est mené par l'association dans le but de permette à 20 femmes de se lancer dans l'élevage de volailles. Les femmes ont déjà eu un expérience d'élevage par le passé. Avec ce projet, elles reçoivent une formation de rappel ainsi qu'un prêt leur permettant d'améliorer leurs facteurs de production. Habitats adéquats, alimentation et soins vétérinaires sont donc pris en charge dans le micro-crédit.

Avancement : le projet est maintenant lancé et les bénéficiaires recevront en février 2021 leurs prêts. Par la suite, elles pourront alors débuter leurs cycles de reproduction des animaux. Les PEP seront prochainement disponible dans vos espaces adhérents.

Projets terminés

Kotédougou porcs 2017
Partenaire : CEFRAP
Localisation : village de Kotédougou et Niamandougou, commune de Bobo Dioulasso, Burkina Faso.
Date de début et durée : janvier 2017 – 24 mois.
Montant total du projet : 4 700 500 FCFA (environ 7 165 €).
Montant individuel du prêt : 254 200 FCFA (environ 388 €).
Nombre de bénéficiaires : 16
Nombre d'animaux : 16 verrats de race améliorée
Description de l'action : sur ce projet nous finançons la construction de porcheries améliorées et de mâles reproducteurs (verrats). Les familles vivent essentiellement de la poly-culture et cette activité d'élevage porçin doit permettre de diversifier et améliorer leurs revenus. Vu le montant important des prêts par paysans, notamment pour acheter les matériaux pour les porcheries, Zebunet prend à sa charge une partie des prêts et les PEC sont d'un montant de 150 €, correspondant au prix des verrats uniquement.
Avancement : Le projet a du retard, les paysans rencontrant des diificultés pour être solvables.


Kaya 2017 porcs
Partenaire : APIL
Localisation: commune de Kaya, région du Sanmatenga, à 100 km au nord est de la capitale.
Date de début et durée : mars 2017 – 24 mois
Montant total du projet : 3 550 000 FCFA (environ 5 400 €)
Montant individuel du prêt : 177 500 FCFA (environ 270 €)
Nombre de bénéficiaires: 20 femmes
Nombre d'animaux: 60 porcelets
Description du projet: chacune des 20 femmes a reçu un prêt de 177 500 FCFA pour acquérir 3 jeunes porcs. L'objectif est dans un premier temps d'engraisser les animaux pour les revendre avec une plus-value ; pour ensuite pouvoir acheter de nouveaux jeunes porcs, relancer plusieurs cycles d'engraissement - vente, et à terme avoir un élevage autonome avec une truie reproductrice.
Les femmes ont reçu deux formations, en embouche et en gestion financière, et APIL fournit un accompagnement technique et vétérinaire tout au long du projet afin de pérenniser l'action et garantir la rentabilité. Sur ce projet les porcs sont moins cher que sur le projet CEFRAP car il s'agit de porcelet de race local, plus résistant mais aussi moins productif. Le cout de PEA à 95 € finance un porcelet, les soins vétérinaires et l'alimentation sur une année. En moyenne, grâce au cheptel Zebunet, elles ont récolté 210 000CFA (soit 320€) en vendant entre cinq et sept cochons. 

Avancement : Le projet est maintenant terminé malgré les retards.En effet, certains de nos bénéficiaires ont accueilli chez eux des familles déplacées, qui fuit les violences des groupes armés dans la région. Cet accueil a engendré une hausse des dépenses quotidiennes pour nos bénéficiaires, qui ont donc demandé à avoir un peu plus de temps pour rembourser la fin de leur crédit.


Gomboro 2017
Partenaire : MECRA
Localisation : villages de Boulie, Gani, Ganla, Konga et Sia, commune rurale de Gomboro, région de la Boucle du Mouhoun, Burkina Faso
Date de début et durée : janvier 2017 - 24 mois
Montant total du projet :  4 000 000 FCFA (environ 6 097 €).
Montant individuel du prêt : 160 000 FCFA (environ 243 €).
Nombre de bénéficiaires : 25
Nombre d'animaux : 25 coqs de race améliorée
Description du projet : ce projet est un accompagnement et un renforcement à une activité avicole déjà existante. Les 25 familles bénéficiaires pratiquent déjà l'élevage de volailles, mais de manière informelle et non "sécurisée". L'objectif du projet est de les équiper chacun d'un poulailler traditionnel amélioré et d'un coq reproductif métissé, afin d'améliorer la descendance. De plus la MECRA dispense formation et conseils afin de pérenniser les élevages et d'améliorer les débouchés de ventes. L'objectif est qu'au terme des 24 mois du projet les familles aient des élevages stables et rentables et soit équipés correctement pour poursuivre leur activité.
Avancement :
Le projet est désormais fini et les derniers remboursement ont été remis à Zebunet. Pour en savoir plus sur l'impact du proje, cliquez ici !



Kassines 2016
Partenaire : AMUS
Localisation : commune d'Imasgo, province du Boulkiemdé, à une centaine de kilomètres à l'ouest de Ouagadougou.
Date de début et durée : juin 2016 – 24 mois
Montant total du projet : 4 104 000 FCFA (environ 6 256 €).
Montant individuel du prêt : 205 200 FCFA (environ 313 €).
Nombre de bénéficiaires : 20
Nombre d'animaux : 20 ânes + 20 Kassines
Description du projet : chaque famille a reçu un prêt de 205 200 FCFA pour acquérir un âne jeune et bien portant, ainsi qu'une Kassine équipée (corps de labour, buteur, collier). L'objectif est de permettre aux familles de cultiver plus de terres tout en réduisant la pénibilité du travail, afin d'améliorer leurs rendements et sécurité alimentaire. La Kassine est également un excellent outil pour mettre en pratique des méthodes agro-écologiques et amélioratrices de la vie des sols, ce qui est important en zone soudano-sahélienne. Les familles ont reçu deux formations : l'une en élevage asin (soin de l'animal, dressage, alimentation, etc) et l'autre sur l'utilisation même de la Kassine, afin de pouvoir commencer à utiliser l'outil dès la saison 2016.
Le prêt est en partie autofinancé par Zebunet car d'un montant plus élevé que nos actions habituelles et parce qu'il s'agit d'un projet pilote. Si celui-ci est un succès, au vu du nombre de demandes en attente du côté de notre partenaire, nous réitérerons l'opération.
Avancement : Zebunet rencontre des difficultés avec ce projet dû à un très fort laxisme de l'équipe du partenaire. Les kassines vont être récupérées par notre représentant sur place, car elles ne convenaient pas aux agriculteurs (matériel livré ne correspondant pas à la commande). Nous
travaillons aussi avec Jethro, notre relais local pour trouver avec les bénéficiaires une solution de remboursement qui ne les mette pas en difficulté.

Malheuresement, nous clôturons donc le projet avec des pertes.


Oubritenga 2016
Partenaire : ASK
Localisation : villages de : Somnawaye, Donsin, Kogniga, Nongstenga, Kartenga, Gum Peulh, province de l’Oubritenga.
Date de début et durée : septembre 2016 – 24 mois
Montant total du projet : 3 706 000 FCFA (environ 5 650 €).
Montant individuel du prêt : 172 800 FCFA (environ 265 €).
Nombre de bénéficiaires : 20
Nombre d'animaux : 80 ovins dont 60 mâles et 20 femelles.
Description du projet : chaque famille a reçu un prêt de 172 800 FCFA pour acquérir 3 moutons et une brebis afin de démarrer une activité d’embouche ovine tout en faisant de la reproduction avec la femelle pour se constituer un petit cheptel. Une partie des prêts est autofinancée par Zebunet car ils comprennent le financement nécessaire aux animaux, aux abris et de l’alimentation et sont donc plus élevés que les montants des PEBROC habituels au Burkina.
Avancement : le projet est lancé depuis septembre 2016, 
mais nous avons des difficultés à le cloturer car certains bénéficiaires tardent à rembourser la dernière échéance.
Malheuresement, nous clôturons donc le projet avec des pertes.


 

Nopoko ovins 2017
Partenaire : centre Nopoko des Enfants
Localisation : commune de Kongoussi, province du Bam, région du Centre Nord, Burkina Faso
Date de début et durée : mars 2017 - 24 mois
Montant total du projet :  1 637 000 FCFA (environ 2 500 €).
Montant individuel du prêt : 1 637 000 FCFA (environ 2 500 €).
Nombre de bénéficiaires : 1, le centre Nopoko des Enfants
Nombre d'animaux : 20 jeunes moutons prêts à être embouchés
Description du projet : ce projet un projet pilote dans le but est de soutenir le centre Nopoko dans son autonomie financière, pour couvrir les frais de fonctionnement du centre dans un premier temps, et si possible pour permettre la prise en charge d'enfants dans un second temps. Le centre bénéficie d'un microcrédit pour acquérir 20 moutons qui seront engraissés pendant 3 à 4 mois avant d'être revendus. La plus-value permettra d'acquérir 20 nouvelles bêtes tout en remboursant le prêt et couvrant les frais de l'activité. A terme le centre possèdera son petit cheptel qui lui permettra d'avoir des fonds de roulement régulièrement.

Avancement : Ce projet a pris du retard pour diverses raisons. D’une part l’éleveur qui avait été désigné par le directeur de l’orphelinat pour s’occuper des bêtes est parti travailer en Côte d’Ivoire. D'autre part, le directeur lui-même connait des problèmes de santé qui l’ont obligé à se mettre un peu en retrait. En conséquence, les animaux ont été vendus et l'argent de la vente réinvesti dans des stocks de médicaments qui sont vendus aux habitants des alentours. Chaque mois, l'orphelinat nous verse une partie de leurs recettes pour continuer à rembourser le prêt.

 

 

INFOS GENERALES

Ancienne colonie française, la Haute-Volta obtient l’indépendance en 1960 et est aujourd’hui une République présidentielle. Le nom actuel du pays signifie « la patrie des hommes intègres » en moré et dioula, des langues locales. Le climat y est de type tropical soudano-sahélien avec deux saisons très contrastées : une saison des pluies de juin à septembre et une longue saison sèche le reste de l’année.
La rareté et la mauvaise répartition des pluies provoquent des migrations de plus en plus fortes des populations principalement du Nord et du centre vers les villes, le Sud-ouest du Burkina Faso et les pays de la côte ouest africaine (Ghana, Côte d’Ivoire).
 

Récemment, des troubles ont émergé, pénalisant les populations qui sont victimes de violence et de pillages. Cela a entrainté de nombreux déplacements de populations à l'intérieur du pays et risque de ralentir l'activité économique.

 

POPULATION

Les burkinabés sont environ 16 millions sur un territoire égal à un tiers de la France.
Le pays est composé de plus de 60 ethnies dont les Mossis (50% de la population) et les Mandés. Au moins 1/3 des burkinabés vivent en dessous du seuil de pauvreté, 80% de la population vit de l’agriculture et 20% sont en carence alimentaire notamment durant la saison sèche.

 

ÉCONOMIE

Le Burkina Faso est un des pays les plus pauvres au monde (183ème sur 187 au classement IDH du programme des Nations Unies pour le Développement).
Malgré cela, il est considéré comme n° 100 du classement des pays où il fait bon vivre, notamment grâce à l'importante masse financière envoyée par les migrants à leur famille.
Le Burkina Faso bénéficie de quelques ressources minières, notamment l'or.
L'agriculture (élevage compris) représente 32% du PIB et occupe 80% de la population active. Malgré des sols pauvres et arides, c'est le deuxième producteur africain de coton après l’Egypte. Les principales cultures vivrières sont le sorgho, le mil, l’arachide et le maïs, qui résistent plutôt bien à la sècheresse. L'élevage contribue à hauteur de 30% en moyenne au revenu des agriculteurs.